Avant d’édifier un immeuble, il est toujours recommandé d’analyser l’état du terrain. Pour que votre immobilier perdure en toute sécurité, nous vous conseillons de faire des diagnostics sur la surface totale du chantier. Mais à quoi consiste une étude de sol ? Comment est-elle réalisée ? Qu’en est-il du prix de cette analyse ?

Qu’est-ce qu’une étude de sol ?

Par définition, l’étude de sol est un travail qui consiste à analyser l’état du terrain avant de l’exploiter. En général, cette étude géotechnique s’adresse à tout programme qui a un rapport avec le sol. Ainsi, pendant les projets d’extension de maison, de construction d’immeuble, de route ou de tunnel, il s’avère utile d’entamer un diagnostic au préalable.

Actuellement, la plupart des architectes proposent de faire une étude de sol sur le chantier avant de dessiner le plan de construction. Cependant, la géotechnique n’est pas obligatoire pour tous les types de terrain, c’est-à-dire qu’elle est surtout destinée à des sols hostiles.

À quel moment et pourquoi pratiquer une étude de sol ?

Afin d’éviter les accidents sinistres, tels un glissement de terrain ou une présence de fissure après la construction, l’étude de sol est le moyen le plus efficace. D’ailleurs, l’utilité de faire cette étude dépend grandement de la situation géographique où l’édification va se dérouler.

Cela dit, dans une zone à risque, comme un terrain d’argile ou dans une zone sismique, une étude de sol géotechnique s’impose afin d’éviter toutes éventuelles complications. Les champs à pente glissante peuvent également présenter un danger pour les fondations et sont donc susceptibles d’être analysés.

En résumé, l’étude de sol a principalement pour but de stabiliser le chantier, avant que les travaux de construction s’enchaînent. Malgré cette étude, si votre maison a subi des dommages réels, comme des fissures murales, les réparations seront généralement garanties par l’assurance décennale.

Comment une étude de sol se déroule-t-elle ?

En vue de déterminer les propriétés du sol en question, les diagnostiqueurs sont amenés à faire différents types d’essai. Lors de cette phase expérimentale, des examens mécaniques, physiques et chimiques seront notamment à pratiquer sur la superficie intégrale du terrain.

L’examen mécanique

Pratiquement, cette observation se focalisera sur la tendance et le mouvement du sol, afin de prévenir les problèmes sismiques et le glissement de terrain.

L’examen chimique

En général, durant l’analyse chimique, les experts mettent en exergue les matières organiques présentes dans le sol.

L’examen physique

En ce qui concerne cette phase, nous examinons surtout la perméabilité et la résistance du sol.

En vue d’obtenir des résultats précis au sujet du sol étudié, différents calculs et expériences scientifiques devront être entamés, à savoir le pourcentage d’argile et d’eau qui y réside. Évidemment, pour une étude approfondie, certaines observations, telles que le diagnostic d’usure, seront également à prendre en compte.

À combien le prix d’une étude géotechnique s’élève-t-il ?

Dans la majorité des cas, le devis d’une étude de sol est estimé à 1 % du coût total du bâtiment. Cependant, une étude géotechnique avant construction nécessite parfois un budget plus élevé, selon le nombre de diagnostics qui s’impose.

Le tarif du diagnostic peut varier de 250 à 15 000 euros. En effet, le prix des prestations augmente au fur et à mesure que l’étude de sol s’approfondit. Normalement, une analyse géotechnique persistante vaut en minimum 800 euros.

Catégories : Construction