Devis
Jusqu'à 3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

La piscine en bois enterrée est l’un des modèles les plus confortables de piscines d’intérieur avec une durée de vie bien plus longue malgré des frais plus élevés, un entretien plus exigeant ainsi que bien plus de précautions par rapport à la pose et aux matériaux utilisés. On verra dans ce qui suit les propriétés de ces piscines en bois enterrées, leurs domaines d’utilisation ainsi que le type d’entretien à suivre pour éviter de les voir pourrir.

Les principaux risques qui peuvent impacter les piscines en bois enterrées

Le principal risque pour une piscine en bois, qu’elle soit semi-enterrée, hors-sol ou entièrement enterrée, c’est l’humidité. En effet, même si le bois a été correctement traité au préalable contre ce type d’effet, il est toujours important de l’isoler correctement pendant la procédure d’installation.

Un manquement à ce niveau-là peut amener le bois à se déformer ou à pourrir. Dans ce registre, si les modèles hors-sol se contentent d’un revêtement au feutre géotextile, les versions qui doivent être enterrées ont besoin d’une nappe de protection au niveau de leur structure en bois.

Une alternative efficace peut être de mettre en place un système de drainage lors du terrassement de la zone qui va accueillir la piscine.

Les différences de températures

Si une piscine enterrée est posée dans un endroit sujet à des écarts de températures plus ou moins importants, des fissures peuvent finir par apparaitre en raison des chocs thermiques relativement réguliers ou intenses.

Il s’agit principalement de fendillements qui se creusent dans le bois à cause de l’humidité qui fait gonfler ce dernier et de la chaleur qui le fait se rétracter sur lui-même, rendant la surface moins esthétique et surtout fragilisant la structure entière de la piscine.

Application de dégriseur

La teinte que prend naturellement le bois d’une piscine enterrée peut finir par s’atténuer au fil du temps et même s’il ne s’agit pas d’une procédure obligatoire étant donné que cela ne touche pas à l’intégrité du bois, il peut être utile d’y remédier. Pour ce faire, il est impératif de suivre un certain nombre d’étapes comme :

  • identifier les parties à traiter ;
  • appliquer le produit dégriseur ;
  • patienter pendant quelques minutes ;
  • rincer et laisser sécher.

Il peut également être utile après le séchage d’utiliser un saturateur afin de nourrir le bois plus en profondeur et mieux le protéger des rayons UV.

Les subtilités des traitements de piscines en bois enterrées contre le pourrissement

En premier lieu, le choix du type de bois de la piscine peut avoir un impact très important sur son potentiel de pourrissement, car certains bois qui sont de base inaltérables à l’image du cèdre ou de l’ébène affichent donc l’appellation autoclave, alors que d’autres comme le pin sont traités pour ensuite devenir imputrescibles.

Même un bois autoclave de classe IV qui est censé être le plus résistant à la pourriture reste vivant et peut donc sous certaines circonstances pourrir ou se déformer comme spécifié plus tôt, d’où l’intérêt de l’isoler convenablement avec une protection adaptée.

Les problématiques rencontrées sur des piscines en bois enterrées pourries

De manière générale, les bois de piscine de classe IV traités sont censés avoir une durée de vie moyenne de 15 ans avant de commencer à éventuellement pourrir, mais cela peut arriver bien plus tôt dans certains cas de mauvais entretien, d’installation mal réalisée ou d’environnement spécifique.

Pour éviter ce type de déconvenue, certaines astuces comme enduire de noir la fondation de la structure, mettre en place un drain au niveau de la dalle ou encore appliquer du delta MS peuvent être utiles.

Catégories : Piscine