Si vous avez décidé d’aménager vos combles, vous allez devoir réfléchir à leur accessibilité. Un escalier se présente comme une solution plus que satisfaisante en termes de confort et de fonctionnalité, et peut même constituer un choix décoratif intéressant. Découvrez ici des conseils avisés pour choisir et construire l’escalier le plus adapté à la configuration de votre logement et à vos besoins.

Quel emplacement ?

Le point d’implantation de l’escalier permettant d’accéder aux combles demande une réflexion sérieuse. Il s’agit d’une étape très importante dans votre projet, puisqu’un escalier modifiera la structure de votre intérieur. Si vous avez déjà une idée précise de l’endroit où vous aimeriez installer votre escalier, prenez la peine de vérifier comment cela affectera l’utilisation de l’escalier ou de la pièce dans laquelle il se trouve, ou encore si la structure de l’emplacement peut autoriser des travaux de création d’un escalier. Si ce n’est pas le cas, il faudra songer à des solutions de renforcement ou examiner la possibilité d’utiliser un autre emplacement.

escalier acces combles

Quelles dimensions ?

Un escalier occupe relativement beaucoup d’espace, à moins que vous en choisissiez un qui soit escamotable avec une trappe. Il est important que vous puissiez déterminer précisément l’espace qu’occupera votre futur escalier, pour être en mesure de bien visualiser la nouvelle configuration de la pièce. Un professionnel pourra vous aider à établir les dimensions de l’escalier, en fonction de sa taille et du nombre de marches notamment.

A lire également :  Rénover son appartement ou sa maison de façon écologique

La hauteur sous plafond de l’échappée doit aussi être prise en compte, si vous voulez éviter de devoir vous baisser chaque fois que vous souhaiterez accéder à vos combles. Elle est au minimum de 195 cm dans les logements. Par ailleurs, la profondeur du palier d’arrivée de l’escalier doit être d’au moins 70 cm. Prendre en compte toutes ces données vous permettra de savoir quels travaux seront nécessaires pour permettre l’implantation de votre escalier. Par exemple, il se pourrait qu’il faille décaler une porte ou une cloison.

Les travaux relatifs à la trémie

La trémie est une ouverture laissée dans le plancher pour faire passer un escalier. Parfois, un espace est prévu pour l’accès aux combles lors de la construction des maisons. On se sert alors d’une échelle pour accéder à ceux-ci. Si cet espace existe déjà dans votre logement, il ne restera plus qu’à l’étendre pour la création de votre escalier. S’il n’existe aucun espace de ce genre, vous devrez réaliser des travaux dans vos combles en fonction du type d’escalier que vous souhaitez installer. La structure du plancher sera modifiée pour créer un chevêtre, c’est-à-dire un cadre en bois porteur. S’il s’agit d’un plancher hourdis, il faudra couler un cadre en béton armé.

Les travaux de maçonnerie

En fonction du type d’escalier que vous choisirez, certains travaux de maçonnerie peuvent être nécessaires. Si l’escalier que vous choisissez n’est pas autoportant, il faudra qu’il prenne appui contre un mur. La charge supplémentaire occasionnée devra donc être prise en compte dans ce cas, à moins qu’il s’agisse d’un mur extérieur ou porteur. Si le mur n’est pas suffisamment solide, des travaux de renforcement seront entrepris. On devra ainsi créer des appuis avant le montage de l’escalier.

A lire également :  Rénover des poutres en bois : comment faire ?

escalier pour accéder aux combles

Quel type d’escalier choisir pour l’accès à vos combles ?

En dehors de l’escalier escamotable qui ne se recommande pas pour des allées et venues régulières, on retrouve principalement quatre types d’escaliers adaptés pour les combles :

  • L’escalier droit : pratique, il est très répandu et simple à installer. Il offre un accès facile aux combles, et est adapté au transport d’objets lourds ou encombrants. Cependant, on lui reproche de nécessiter trop d’espace et une trémie large ;
  • L’escalier en colimaçon ou escalier hélicoïdal : ce type d’escalier est peu encombrant en plus d’être esthétique. En revanche, il est assez étroit et ne convient pas au transport de charges lourdes ;
  • L’escalier quart tournant ou deux quarts tournant : à marches balancées ou rayonnantes, il est lui aussi peu encombrant et se recommande pour le confort qu’il offre ;
  • L’escalier à pas décalés ou pas japonais : en dépit de ses qualités esthétiques indéniables, ce type d’escalier exige beaucoup d’attention de la part de ses utilisateurs. Il n’est absolument pas adapté aux enfants et aux personnes âgées, pour des raisons de sécurité.